Six conseils pour les dentistes futés sur le plan fiscal

Personne ne veut payer de l’impôt superflu. Voici des conseils pour minimiser vos impôts et faire fructifier votre argent au maximum.

 

  1. Utilisez une perte en votre faveur

Vendez un placement pour créer une perte en capital afin de neutraliser les gains en capital réalisés durant la même année civile ou au cours des trois années précédentes. Points à retenir :

 

1. La transaction doit être finalisée avant la fin de l’année civile.

2. Les pertes en capital inutilisées peuvent être reportées indéfiniment.

3. Assurez-vous d’éviter la règle de la perte apparente.

 

  1. Achetez des biens immobilisés

Si vous rénovez votre cabinet ou modernisez vos appareils dentaires, vous bénéficierez d’un avantage fiscal durant cette année-là.

 

  1. Cotisez le maximum à votre CELI

Dans un CELI, votre épargne fructifie à l’abri de l’impôt, et vous pouvez reporter vos droits de cotisation inutilisés aux années suivantes. Le plafond pour 2021 est de 6 000 $ et le plafond de cotisation cumulative de 2009 à 2021 est de 75 500 $. Si vous avez cotisé le maximum à votre CELI, vous pouvez donner une somme à votre conjoint ou à vos enfants adultes qu’ils pourront verser dans leur propre CELI.

 

  1. Obtenez une subvention bonifiée au titre de votre REEE

Si vous détenez un REEE familial, vos enfants recevront la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) jusqu’à la fin de l’année civile de leur 17e anniversaire de naissance. Par la suite, cotisez pour vos jeunes enfants afin d’obtenir la subvention la plus élevée possible. Les cotisations versées dans un REEE familial sont interchangeables; vous avez donc la flexibilité de faire des retraits à l’intention de vos enfants plus âgés. La limite des cotisations à vie est de 50 000 $ par enfant. Cette limite n’attirera pas de subvention, mais les cotisations excédant le montant admissible de subvention fructifieront à l’abri de l’impôt dans le REEE. Il s’agit d’un bon moyen d’épargner davantage pour les études de vos enfants sans payer plus d’impôt.

 

  1. FERR à 71 ans

Vous devez convertir votre REER en FERR au plus tard le 31 décembre de l’année civile pendant laquelle vous atteignez l’âge de 71 ans. N’attendez pas jusqu’à la dernière minute car il vous faudra remplir des documents. Si vous cotisez une dernière fois à votre REER ─ vous pouvez verser une cotisation unique excédentaire de 2 000 $ sans encourir de pénalité fiscale ─ , assurez-vous de le faire avant de le convertir en FERR. Même si vous ne pouvez plus cotiser à un REER après avoir atteint 71 ans, vous pouvez toutefois cotiser à un REER de conjoint si votre conjoint est plus jeune que vous et bénéficier d’une déduction d’impôt.

 

  1. Faites don de titres pour éviter des gains en capital

Vous pouvez faire don de titres cotés en bourse à un organisme de bienfaisance enregistré, ce qui vous donne droit à un crédit d’impôt et il n’y aura aucun gain en capital si la valeur de ces titres a augmenté.

 

Prenez rendez-vous pour une rencontre virtuelle avec un conseiller en planification de placements du CDSPI Services consultatifs Inc. afin de mettre en place des stratégies fiscales qui conviennent à votre plan financier global.

 

Les services consultatifs sont fournis par des conseillers agréés du CDSPI Services consultatifs Inc. Des restrictions peuvent s’appliquer aux services consultatifs dans certaines juridictions.

You already voted!